Comment faire vivre la mixité à l'école ?

L’assouplissement de la carte scolaire décidé en 2007 a eu au moins une vertu : ses conséquences ont été si graves que la question de la mixité sociale à l’école est revenue au premier plan. Introduction du dossier sur le thème de la mixité sociale à l'école.

 

Chacun sait que l’ancien système de la sectorisation, créé en 1963 pour gérer les effectifs, n’était pas satisfaisant : contourné par les familles les plus averties, subi de plus ou moins bonne grâce par les autres, il ne répondait plus à l’idéal républicain d’égalité. En outre, l’existence d’une forte demande sociale en faveur de la liberté de choix n’est pas une vue de l’esprit.

Pour autant, l’idée un rien naïve qu’un ordre spontané naîtrait de la liberté laissée à tous n’est pas tenable ; en tout cas pas dans une société urbaine minée par l’entre soi et les logiques de relégation et de ghettoïsation. On s’en doutait, un récent rapport de la Cour des comptes vient d’en faire la preuve, en montrant que plus de la moitié des collèges "ambition réussite" ont perdu des élèves. Et ceux qui partent, souvent, sont ces bons élèves dont le monde enseignant sait à quel point leur présence est précieuse pour une classe ou un établissement.

Se pose donc tout un ensemble de questions : la liberté de choix étant admise, ses conséquences étant connues, que faire ?

Revenir à un modèle fondé exclusivement sur la contrainte n’est guère envisageable, et les comparaisons internationales menées par Nathalie Mons montrent que ces modèles ne fonctionnent vraiment que s’ils sont appliqués avec la plus extrême rigueur ; or nous sommes en France et notre amour républicain de l’égalité s’est toujours accommodé d’une pratique des passe-droits et des dérogations ; on ne voit pas pourquoi cela cesserait.

Il nous faut donc apprendre à réguler les choix. Cela suppose sans doute une révolution des pratiques, tant dans les politiques publiques que dans la gestion des établissements. Et les idées sont nombreuses, comme vous le verrez en parcourant ce dossier : d’un changement de braquet dans le soutien aux établissements les plus fragiles aux "cordées de la réussite", qui offrent des perspectives aux meilleurs élèves, en passant par une politique de quotas dans les établissements les plus demandés, la palette des propositions est large.

Ces propositions demandent à être débattues, et pour mener ce débat un travail d’information est indispensable ; nous espérons ici y contribuer, en pointant quelques-uns des travaux les plus importants sur ce sujet et en donnant la parole aux meilleurs spécialistes. Mais l’information ne suffit pas : pour débattre, éventuellement pour négocier, il faut des acteurs. Les solutions les plus audacieuses demandent de faire tomber certains tabous, tant dans la culture politique française que dans la culture de l’institution scolaire. En aurons-nous le courage ? La question est devant nous.

Autres ressources

Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Les Cahiers d'Education & Devenir n° 26 L'autorité à l'école
Les Idées en mouvement n° Les dossiers de la Ligue - sept 2010
Les Idées en mouvement n° 198 IEM avril
Dialogue n° 198 Education et politique
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Vers l'éducation nouvelle n° 543 Accueil collectif de mineurs
n° Interventions du GFEN
Dialogue n° 198 Education et politique
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Dialogue n° 198 Education et politique
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés