Rock et enseignement musical

Soucieux d'offrir un enseignement musical adaptés aux musiciens amateurs et en direction des musiques actuelles, la Fédération entreprend, à travers sa commission "CAEM et pratiques amateurs" une réflexion sur les évolutions et actions à mener pour répondre au mieux à cette attente. Philippe Brégand, coordinateur du secteur CAEM, nous ouvre les portes de cette réflexion.

 

Le constat d’un manque en matière d’enseignement musical en direction des Musiques Actuelles ne date pas d’hier. La plupart des structures d’enseignement spécialisé ont tendance à vouloir fondre les musiciens ou les groupes dans leurs cursus dits "officiels", sans prendre en compte les spécificités du milieu des Musiques Actuelles. Le terme même de "Musiques Actuelles" apparait comme une case administrative sans saveur car il regroupe sous un vocable unique des univers aux logiques et pratiques radicalement différentes. Le Rock, dans sa version indépendante, alternative, voire contestataire paie un lourd tribut à ce manque de considération et à une forme condescendante de tolérance. On ne parlera en aucun cas de reconnaissance ou de légitimité. Alors que les conservatoires, pour la plupart, se proposent de former les musiciens de manière professionnelle, donc en direction de l’enseignement, d’autres structures ayant pignon sur rue sont atteintes par le syndrome "star académie", comme le souligne Jean-Marie Seca, sociologue qui a étudié ce monde des musiques alternatives.

Qu’en est-il alors de la place réservée aux musiciens amateurs ? Qu’en est-il de la prise en compte d’individus avec un projet autre que professionnel ?

Instrumentalement, nombre de musiques rock pour ne citer qu’elles reposent sur des patterns musicaux simples, que ce soit harmoniquement, rythmiquement ou vocalement. Ce qui fait le sel et la singularité de telle ou telle musique rock, se sont des critères spécifiques. On peut évoquer les notions de structure, d’intention, mais c’est surtout au niveau de la chaîne du son, qui compte autant voire plus que l’idée musicale, que se situe le critère le plus spécifique. La couleur sonore, l’intention d’exécution comptent de manière primordiale dans la composition. Si on cherchait à comprendre une musique ou à la composer uniquement en termes de notes à jouer sur un instrument et de grilles "pauvres", on passerait encore une fois à côté de l’essentiel. Il ne s’agit pas là d’une affirmation de singularité "magique" détenue par les seuls experts-gourous du genre, mais bien d’un savoir qui se construit et qu’il est possible d’apprendre.

Pour avoir participé à un grand nombre de colloques sur les Musiques Actuelles et l’enseignement, il me semble que le concept de Musicien Conseil est le plus en phase avec ces publics. Pour autant, le simple accompagnement à la répétition ne se proclame pas comme réponse ultime mais ouvre un champ de possibles. Les CAEM ont peut-être là un rôle important à jouer en se positionnant sur des profils pédagogiques différents. La création d’ateliers Musiques actuelles où l’on parlerait enfin de son, de matériel, où l’on mettrait en valeur le rapport entre le geste musical et la chaine du son, où l’on soulignerait l’impact du travail sur les enveloppes et les filtres sur le geste et le ressenti, serait un pas non négligeable effectué en direction de ces musiciens en attente d’informations et de formation, lesquels musiciens sont, rappelons-le, très loin de composer une minorité.

Le travail de formation des intervenants entrepris par la Fédération nationale des CMR permet à mon sens pour le moins de conduire à une réflexion sur la prise en compte de ces publics, qui sont pour l’instant encore un peu les absents de notre réseau, comme des autres aussi, d’ailleurs…

Sommaire
L'enseignement musical
Publication source
Interlignes
L'apprentissage de la musique
n°82
Jan 2012

Autres ressources

Dialogue n° 198 Education et politique
Animation & Éducation n° 228 Enfant lecteur, auteur, critique - Les chemins de l'écriture littéraire
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Dialogue n° 92 Face à l'évaluation
Dialogue n° 198 Education et politique
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Vers l'éducation nouvelle n° 543 Accueil collectif de mineurs
n° Interventions du GFEN
Dialogue n° 198 Education et politique
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître