Quelques principes

Dans le cadre de l’année européenne du bénévolat et du volon- tariat, les Ceméa ont présenté les principes qui guident leurs actions pour une reconnaissance du volontariat dans la société. Nous reprenons ici le contenu d’un flyer édité en français et en anglais, diffusé sur l’ensemble des actions nationales et internationales des Ceméa ainsi qu’auprès de leurs partenaires.

Etre volontaire, c’est s’engager dans une mission ou une action d’intérêt général. Etre volontaire, c’est être reconnu comme membre à part entière d’une société, capable d’exercer et de prendre des responsabilités. Etre volontaire, c’est construire et participer au lien social. C’est renouveler en continu et faire progresser les solidarités. Etre volontaire, c’est se confronter à des milieux et des environnements nouveaux, de façon active dans la transformation de ces milieux et de ces environnements. Etre volontaire, c’est pouvoir acquérir de nouvelles compétences, en dehors des structures habituelles d’apprentissages ou de formation. C’est se forger des acquis réinvestissables, pour soi et la société en menant une action d’intérêt général. Etre volontaire, c’est également investir son temps libre de façon active et responsable. C’est s’engager, y compris pendant ses loisirs, dans une action collective à vocation sociale, culturelle et éducative.
Etre volontaire, c’est installer une dynamique de contrat de projet, dans laquelle chacun œuvre à son niveau et avec son énergie propre à un engagement collectif. Etre volontaire, c’est exercer concrètement une citoyenneté active au service de la société.
Etre volontaire, c’est s’engager pour une éducation de tous et par tous, dans des structures collectives. Etre volontaire, c’est s’engager de façon collective et concertée dans des actions visant à améliorer la vie de chacun et de tous, dans une transformation de la société pour plus de justice, plus de solidarité et plus d’égalité.
Etre bénévole, être volontaire, citoyen, militant.

Comment ces concepts différents se confrontent-ils aux réalités actuelles de la société ? Les définitions du « volontariat » et du « bénévolat » existent et sont partagées. Mais est-ce aussi simple ? Une personne volontaire dans une mission ou une action d’intérêt général peut aussi agir bénévolement par ailleurs, comme tout citoyen. Une personne peut être bénévole et agir dans des actions collectives dans lesquelles elle est parfois contrainte moralement. Les engagements bénévoles ou volontaires ne doivent pas être vidés de leurs sens respectifs. La reconnaissance du volontariat est une orientation politique en faveur de la transformation sociale ! Les responsables politiques et institutionnels doivent porter et accompagner le volontariat afin qu’il soit totalement reconnu comme une forme d’activité humaine dans la société. Il ne doit pas être utilisé comme une variable d’ajustement pour l’emploi.

Est-on citoyen avant d’être militant, bénévole ou volontaire ?

 

Ces quatre termes sont situés et utilisés dans les rapports humains et sociaux, les rapports à l’argent, au travail et à l’emploi, les rapports au pouvoir. La notion de volontariat ne peut exister que par une articulation permanente entre ces quatre termes dans ces trois rapports. Cela nécessite la reconnaissance par les institutions nationales et européennes de déclinaisons diversifiées du volontariat en fonction des réalités et des spécificités des domaines d’engagement: l’éducation non formelle, formelle, la culture, le social, la solidarité...

Agir, s’engager : pour quoi ?

 

Agir avec les autres, est-ce pour la satisfaction de besoins directs, individuels ? Est-ce pour que d’autres encore en profitent ? Est-ce pour réparer les effets de la vie ou pour en transformer les conditions mêmes ? Les Ceméa pensent que l’en- gagement volontaire, citoyen, militant, est un élément central de la société parce qu’il est un des leviers à la disposition de chacun pour agir avec d’autres afin de transformer la vie. En ce sens, cette conception du volontariat est politique, comme celle de l’Education populaire dans laquelle se situent les Ceméa.

Publication source
Cahiers pédagogiques
L'erreur pour apprendre
n°494
Jan 2012

Autres ressources

n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Dialogue n° 198 Education et politique
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Vers l'éducation nouvelle n° 543 Accueil collectif de mineurs
Vers l'éducation nouvelle n° 542 Jeux sportifs
n° Interventions du GFEN
Dialogue n° 198 Education et politique
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat un enjeu de sociéte
Vers l'éducation nouvelle n° 542 Jeux sportifs
Cahiers de l'Animation n° 74 Confiance
Cahiers de l'Animation n° 75 Séjours à inventer