Vendredi 17 Mai 2013

L'APELS voit dans les nouveaux rythmes scolaires "un levier" pour l'éducation par le sport

L'APELS (Agence pour l'éducation par le sport) veut saisir "l'opportunité de la réforme sur les rythmes scolaires" comme un des leviers de l’éducation par le sport dans les territoires, selon son délégué général, Jean-Philippe Acensi. Il intervenait hier 13 mai dans le cadre d'une conférence organisée au palais du Luxembourg à Paris. Au cours du débat, Yves Durand, député et rapporteur de la Loi sur la refondation de l’école, a rappelé le E d’Education dans le sigle des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l'éducation; il souhaitait ainsi répondre  au souci exprimé par certains des intervenants sur la formation des nouveaux éducateurs par le sport.

Pour l’APELS, "30% des fonds publics dédiés aux sports" devraient être mobilisés "pour les politiques éducatives", propos eux aussi en phase avec ceux d'Yves Durand qui a souhaité voir dans l’éducation par le sport "une activité prépondérante" dans l’installation des nouveaux rythmes scolaires. L'éducation par le sport et ses acteurs vont devoir aussi prendre toute leur place notamment lors de la mise au point des contrats uniques de six ans des mille quartiers prioritaires les plus défavorisés initiés cette fois par le ministère de la Ville, estime l'APELS. Selon François Pupponi, maire de Sarcelles, ces contrats uniques devraient connaître une clause de revoyure au bout de trois ans "car s'il est important d'innover et d'expérimenter et d'avoir des objectifs, il est toujours bon d'évaluer en cours de route les résultats d'une politique".

Propos que ne démentirait certainement pas Michelle Demessine, adjointe chargée des sports à la mairie de Lille, une des dix lauréates récompensées aux rophées de l'APELS, pour avoir fidélisé depuis six ans près de 400 femmes et jeunes filles méconnaissant jusqu'alors le fitness, la pratique du vélo ou encore celle du badminton.