Pour une participation effective des lycéens

La réforme a permis de remettre en avant l’intérêt de la prise de responsabilités des élèves dans le cadre du "nouveau lycée". L’introduction en 2009, dans le Code de l’Éducation, des droits reconnus aux lycéens et de leurs instances représentatives, et la publication en 2010 d’une circulaire [1] destinée à réexpliquer les possibilités offertes aux lycéens, marquent, entre autres, l’effort de l’institution vers un engagement facilité des élèves.

Et pourtant, dans les établissements, cet engagement est souvent vécu comme un "à côté", certes positif mais dont on surveille qu’il ne prenne pas le pas sur l’obtention du diplôme. Ses modalités ne font pas consensus non plus : il s’agit d’abord de la participation aux instances représentatives, présidées par le chef d’établissement, "que des différentes formes de regroupement entre pairs et pratiques collectives juvéniles. […] Les formes d’auto-organisation de la jeunesse […] sont très généralement dévalorisées quand elles ne sont pas suspectes" [2]. D’ailleurs, le seul "indicateur de performance" en la matière sur lequel le ministère rend des comptes est le taux de participation des lycéens aux élections pour le Conseil des délégués pour la vie lycéenne (CVL) ; information intéressante mais qui ne rend pas réellement compte de l’activité réelle de ces instances consultatives ni des autres formes d’engagement des lycéens.

C’est que ces instances, parce qu’elles permettent l’expression d’une parole spontanée, constituent des espaces de confrontation vis-à-vis de l’opinion majoritaire des adultes. Parfois même, elles dénoncent l’absence de concertation sur l’utilisation des fonds de vie lycéenne, les difficultés d’organisation de l’établissement, la lourdeur des emplois du temps… Tous les enseignants et chefs d’établissement ne sont pas prêts à cette interpellation [3], alors qu’elle témoigne le plus souvent d’un véritable intérêt des lycéens pour la vie de leur établissement, plus que de la volonté d’entrer dans un rapport de pouvoir. 

Pour une implication bienveillante des personnels

La question de l’engagement des élèves ne se lit pas indépendamment de celui des adultes, dans une relation différenciée de la hiérarchie maître/élève. Il serait trop facile, voire injuste, de faire peser cette responsabilité sur les élèves seuls. Le rapport annuel de performance 2011 de la DGESCO [4] pointe d’ailleurs que "l’exemplarité et l’assiduité (des adultes membres des CVL) sont des conditions indispensables à une prise en compte effective des préoccupations des lycéens". Car la citoyenneté ne va pas de soi : elle est le fruit d’un apprentissage progressif. On peut donc saluer à ce titre la constitution progressive d’un réseau interne de personnes-ressources que sont les référents Vie lycéenne dans les lycées, les délégués académiques et national à la vie lycéenne au niveau des rectorats et du ministère.

L’organisation de l’établissement : des freins multiples

La capacité d’engagement des lycéens n’est pas non plus déconnectée de l’organisation des établissements : les rythmes (comment gérer un projet entre lycéens lorsque la semaine de travail ne laisse pas de place pour se réunir ?), les locaux et le matériel (l’accès aux salles, aux équipements), le financement (l’enveloppe versée pour les projets des lycéens, peu importante, est parfois mal utilisée), les modalités d’accompagnement (la baisse importante des personnels).

Bref, le développement des initiatives lycéennes ne peut pas faire l’économie d’un changement de paradigme de l’institution : il s’agit de faire le pari de la confiance plutôt que celui du contrôle, de faire reconnaître l’établissement scolaire comme un lieu de vie en plus d’un espace de transmission de savoirs.
 

1. Circulaire n°2010-129 du 24?août 2010, "Responsabilité et engagement des lycéens".
2. "Participer, disent-ils !", Bernard Bier, 1998.
3. Lire le Rapport de la mission d’accompagnement de la réforme du lycée, mars 2012.
4. www.performance-publique.gouv.fr

Publication source
Les Idées en mouvement
IEM
n°200
Juin 2012

Autres ressources

Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Les Cahiers d'Education & Devenir n° 26 L'autorité à l'école
Les Idées en mouvement n° Les dossiers de la Ligue - sept 2010
Les Idées en mouvement n° 198 IEM avril
Dialogue n° 198 Education et politique
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Vers l'éducation nouvelle n° 543 Accueil collectif de mineurs
n° Interventions du GFEN
Dialogue n° 198 Education et politique
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Dialogue n° 198 Education et politique
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés