La cour de récré pensée par les élèves

Ingénieur de formation, Maurice Mazalto a été successivement enseignant et personnel de direction dans différents lycées. Militant des Ceméa, il a effectué un important travail de recherche sur la relation entre architecture scolaire et réussite éducative. Il accompagne ainsi des projets de restructuration, d'extension d'établissements scolaires du second degré à la demande des équipes d'établissement et publie des ouvrages synthétisant ses travaux. Le dernier en date s'intitule "Cours de récréation, espaces de détente au collège et au lycée". Il est paru aux éditions Fabert en mars 2013. Rencontre.

Aujourd'hui, on demande de plus en plus aux architectes de concevoir des espaces "lisibles". Doit-on entendre par là des espaces faciles à surveiller ? Notamment avec la recrudescence des violences et jeux dangereux à l'école ?

Maurice Mazalto : Les préconisations des collectivités territoriales sont très diverses. C'est en tout cas ce que j'ai remarqué concernant les espaces récréatifs. Les collectivités se révèlent très préoccupées par la facilité de la surveillance lorsque des tensions internes sont constatées, ou lorsque des risques d'intrusions de l'extérieur existent. Par contre, un environnement plus serein peut diminuer les contraintes architecturales dans ce domaine : territoires aménagés, végétalisations favorisées, jardins et mares pédagogiques... Bien entendu, la "lisibilité" d'un espace ne se limite pas à l'aspect sécurité, il concerne de nombreuses autres fonctions de l'établissement.

En France, lorsqu'il s'agit de penser et construire un nouvel établissement, associe-t-on les usagers, à commencer par les élèves ?

Très peu à ma connaissance. Dans ses relations avec le maître d'ouvrage et le maître d'œuvre, l'établissement est représenté par le chef d'établissement et/ou le gestionnaire, en tant que représentant, porte-parole ; à charge pour eux d'organiser les réunions internes pour recueillir les suggestions, observations et autres demandes. La collectivité organise le plus souvent une ou plusieurs réunions en présence des architectes pour présenter un projet déjà élaboré.

À partir des années 1950, la massification de la scolarisation entraîne une standardisation dans la création des établissements, au risque d'une certaine pauvreté architecturale.

La plupart de ces bâtis existent toujours. Difficile alors d'y adapter des formes de pédagogie contemporaines, notamment avec les TICE [1].

La majorité des établissements industrialisés (3 500 environ sur une dizaine d'années à partir de 1965) ont été restructurés, parfois totalement en ne conservant qu'une coquille vide. Cette remarque concerne également les établissements plus anciens, parfois de plusieurs siècles, totalement inadaptés à une pédagogie moderne : salles spécialisées, lieux de travail autonome ou en petits groupes, centres de documentation, espaces de détente, d'animation, cafétéria... Effectivement, la présence de l'informatique "à tous les étages" oblige à repenser l'agencement des espaces.

Des lycées "nouvelle génération" ont vu le jour dans des pays comme le Danemark, à l'image du lycée d'Ørestad [2]. Un tel projet peut-il se développer en France ?

L'établissement que vous citez distingue quatre zones d'enseignement pour le travail individuel, en petit groupe, en classe entière, en plénière. L'informatique est omniprésente, véritable colonne vertébrale "dans tous les processus de l'école" d'après son directeur. L'architecture est adaptée à l'orientation choisie ; innovante, elle retient l'attention.

Faut-il modéliser cet établissement ? Marie-Claude Derouet-Besson affirme à juste raison qu'une architecture "différente" ne suffit pas à modifier la pédagogie ; l'architecture peut être adaptée à une autre façon d'enseigner et de vivre dans l'établissement, encore faut-il que le projet éducatif soit défini en amont par les utilisateurs. Votre dernier ouvrage est axé sur l'organisation de la cour de récréation. Quel intérêt éducatif revêt un tel espace ?

La récréation est un moment essentiel de la journée scolaire accordé aux élèves. Elle marque une rupture avec les temps d'étude, permet une décompression, c'est une soupape attendue parfois avec impatience. Elle se déroule dans des espaces spécifiques à l'école, bien délimités en collège, moins marqués en lycée. Les adolescents y développent une vie sociale primordiale pour leur intégration dans le groupe comme pour leur développement identitaire. Or nous avons constaté que les préconisations des collectivités et les aménagements proposés par les architectes ne sont pas toujours des réponses adaptées à l'importance des enjeux. Dans l'ouvrage Cours de récréation et espaces de détente, nous avons choisi d'interroger les élèves. Plus de 800 jeunes, de la sixième à la terminale, dans six établissements différents, ont été questionnés sur leurs activités durant la récréation. Cette enquête, la première du genre à notre connaissance, est riche d'enseignements et nous a apporté de nombreuses pistes de réflexion sur l'aménagement de ces espaces souvent oubliés et pourtant essentiels au "vivre ensemble" au sein de l'établissement scolaire. Les adolescents souhaitent pouvoir échanger à deux ou en petits groupes, apprendre à se connaître, et se "reconnaître" comme le dit le pédo-psychiatre Marcel Rufo.

L'architecture doit notamment multiplier les lieux de rencontres et d'échanges : décrochements, gradins, odéons, agoras, tables, bancs en vis-à-vis... au sein d'espaces intérieurs innovants, et d'espaces extérieurs arborés et végétalisés pour favoriser un environnement propice à la détente.

Propos recueillis par Mélanie Gallard

http://maurice.mazalto.free.fr/

1. Technologie de l'information et de la communication pour l'enseignement.

2. Situé sur l'île d'Oresund à l'est de Copenhague, le quartier d'Ørestad revendique une qualité architecturale et urbaine et une mobilité durable grâce à ses infrastructures. Le lycée est situé dans le quartier nord, à côté de l'université et des grands équipements publics et culturels.
 

Sommaire
La cour de récré pensée par les élèves
Publication source
Les Idées en mouvement
IEM Mai 2013
n°209
Mai 2013

Autres ressources

Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Les Cahiers d'Education & Devenir n° 26 L'autorité à l'école
Les Idées en mouvement n° Les dossiers de la Ligue - sept 2010
Les Idées en mouvement n° 198 IEM avril
Dialogue n° 198 Education et politique
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Vers l'éducation nouvelle n° 543 Accueil collectif de mineurs
n° Interventions du GFEN
Le Nouvel éducateur n° 205 Transformations - De la création... à l'oeuvre
Les Cahiers d'Education & Devenir n° 26 L'autorité à l'école
Les Idées en mouvement n° 198 IEM avril
Dialogue n° 198 Education et politique
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés