L’aide personnalisée au service des parents

Claudine Letourneux travaille dans une petite école maternelle de deux classes située en ZEP à Saint-Claude (Jura). Elle explique comment elle fait de l'aide personnalisée un temps de travail sur la liaison avec les familles au travers d'entretiens individuels avec les parents.

Dans le quartier de l’école, il y a une très forte majorité de familles non francophones, ou très peu francophones. Il nous a semblé important de travailler particulièrement à la liaison avec les familles.

Nous avons donc décidé de consacrer le temps d’aide personnalisée du premier trimestre à l’accueil des parents en entretiens individuels. Ceci dans un but de connaissance mutuelle et d’échanges concernant l’enfant en particulier : l’enfant à l’école, l’enfant à la maison ; c’est un élément de prévention des difficultés. En ce qui me concerne, j’ai les TPS/PS et lors de ces entretiens, j’ai pu échanger avec les parents sur la séparation, la nourriture, la jalousie, le sommeil, les limites, les règles, la parole… bref ! ce qui peut permettre aux parents, à l’enfant et à l’enseignant de mieux se comprendre, de mieux vivre ensemble et de mieux s’adapter l’un à l’autre. Nous pouvons également rencontrer des familles à deux pour prendre plus de recul et pour nous permettre de croiser les regards. Ces rencontres peuvent durer jusqu’à une heure, commençant souvent par une tasse de thé : on se pose, on s’assoit, on prend le temps pour parler de l’enfant.

Durant la dernière période (mai–juin), je reçois les futurs parents avant la première rentrée de leur enfant. Ils viennent passer un moment dans la classe avec leur enfant et/ou nous avons un entretien individuel. Ceci permet de dédramatiser et de préparer une meilleure connaissance de l’école avant la rentrée. C’est maintenant la troisième année de cette pratique dans l’école et nous constatons que les parents viennent plus facilement à l’école. Un climat de confiance s’est établi. Nous avons des parents accompagnateurs pour les sorties, des mamans prennent le temps de rester un peu dans la classe pour jouer avec les enfants ou lire une histoire à l’accueil…

Une meilleure connaissance des enfants dans leur milieu familial et un intérêt des parents à leur milieu scolaire est un facteur essentiel dans la lutte contre les difficultés rencontrées à l’école. Les regards croisés sur l’enfant sont également essentiels.

Lors de mon inspection, l’Inspectrice a reconnu cette pratique, même si elle a insisté sur le fait qu’il ne fallait pas faire que ça pendant l’aide personnalisée…

Autres ressources

Dialogue n° 198 Education et politique
Animation & Éducation n° 228 Enfant lecteur, auteur, critique - Les chemins de l'écriture littéraire
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Dialogue n° 92 Face à l'évaluation
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Dialogue n° 92 Face à l'évaluation
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat un enjeu de sociéte
Cahiers de l'Animation n° 75 Séjours à inventer
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Le Nouvel éducateur n° 204 Apprendre ? C'est vivre !
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat un enjeu de sociéte
Dialogue n° 198 Education et politique
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés