Une belle opportunité

Comment réagir au racisme ordinaire quand soudainement il sort de la bouche d’un enfant ? Comment mettre à distance les émotions pour faire d’une situation conflictuelle une opportunité à saisir pour permettre à chacun de grandir ?

 

Ce beau matin de juillet, dans le parc du château d’Alleret, Pierre propose des jeux de ballon aux enfants volontaires Une péripétie de jeu entraîne un contact un peu rugueux entre Abdel, Mohamed et Youen – les prénoms des enfants ont été modifiés. Ce dernier tombe à terre. Il se relève agacé. Il repousse les deux autres joueurs. Ceux-ci se rebiffent et la remarque cinglante fuse : "Me touchez pas les Africains ! Vous puez !"

En quelques secondes le jeu a basculé

Pierre intervient très vite, sépare les protagonistes et se renseigne sur les faits. Abdel et Mohamed lui expliquent l’injure qu’ils viennent de subir. La réaction de Pierre est alors d’une grande justesse. Il ne prend à partie aucun des bagarreurs et demande aux deux amis, s’ils sont d’accord, d’expliquer par écrit en quoi les Africains méritent le respect. Ceux-ci (8 et 9 ans) acquiescent et partent très remontés vers le château afin de trouver une feuille et un crayon.

Mettre à distance un événement

Sur le chemin, ils me croisent et me demandent de quoi écrire. Je les amène au bureau et ils m’expliquent. Je leur rappelle alors l’activité Land Art dans laquelle chacun avait expliqué les qualités qu’il avait développées pour réussir son œuvre dans la nature, ainsi que le grand jeu de la veille à vocation initiatique dans lequel ces mêmes qualités avaient été réinvesties dans différentes épreuves.

On en fait le tour : solidarité, force, patience, minutie, courage, loyauté, humour. Finalement, ils en retiennent six et rédigent seuls leur texte. Puis ils retournent voir Pierre pour lui lire le texte ainsi qu’à Youen. Abdel et Mohamed demandent des excuses. Youen (9 ans) indique qu’il le fera par écrit.

Le temps des retrouvailles

Après avoir montré sa lettre d’excuses à Abdel et Mohamed, la tension retombe. Cependant Abdel et Mohamed souhaitent lire leur texte à toute la colo en fin de journée lors du "temps des retrouvailles" qui permet d’échanger ensemble sur la journée. Ils sollicitent Youen qui accepte de lire ses excuses.

18 heures 15 : temps des retrouvailles. Les 45 enfants de 7 à 13 ans sont assis en cercle. Mohamed prend la parole et explique ce qui s’est passé le matin. Youen lit alors sa lettre d’excuses. Mohamed lit ensuite son texte d’une voix forte. Il termine en disant : "La violence ne mène à rien, nous sommes tous pareils". Le silence est impressionnant, l’émotion est palpable. Spontanément, plusieurs enfants applaudissent.

Tous pareils, tous uniques

Marie-Jo, intervenante formée à la médiation et à la gestion pacifique des conflits, participant bénévolement, et à sa demande, au déroulement du centre de vacances afin de mettre en œuvre ses compétences auprès d’un jeune public, prend alors la parole. Elle précise qu’il faut toujours faire attention aux propos qui généralisent car ils peuvent enfermer une personne, un groupe dans une logique qui occulte sa diversité. "On est tous pareils." Mais nous sommes aussi uniques avec nos qualités et nos zones d’ombre. Il importe d’être attentif à toutes ces particularités qui nous enrichissent mutuellement dès lors que l’on sait les accueillir avec empathie.

Grandir un peu tous les jours

Plusieurs enfants déclarent alors qu’ils souhaiteraient devenir médiateurs. Marie-Jo leur propose aussitôt de constituer un groupe. Une demi-douzaine d’enfants se manifestent. Rendez-vous est donné pour le lendemain matin. Ils ont passé la matinée avec l’adulte afin de comprendre les enjeux de la médiation, de repérer ensemble les qualités et les compétences auxquelles le médiateur fait appel et de s’essayer dans quelques jeux de rôle. À midi, ils sont tous très motivés et décident de manger à la même table. Awena et Johanna qui cherchent une place, s’approchent de leur table. "Non, dit Mohamed, ici ce sont les médiateurs." Marie-Jo, toute proche, lui rappelle à l’oreille qu’un médiateur accueille et crée du lien. Mohamed comprend.

Ne jamais oublier que les enfants n’apprennent pas une fois pour toutes. Ils apprennent maintenant, puis encore maintenant, toujours maintenant. La dynamique est lancée... Et dans deux jours, ils s’en vont... Retrouver leurs proches et se confronter à des problématiques d’adultes qui pour un certain nombre les dépassent. Cependant, ils auront découvert que leurs sentiments existent vraiment, qu’ils peuvent être entendus, qu’ils ont des besoins et la possibilité de formuler des demandes... Qu’ils ont aussi le droit d’être en colère et possèdent la formidable puissance de la parole pour exprimer leurs ressentis. 

Les étapes de la médiation

  1. ACCUEILLIR, POSER UN CADRE - Organiser l’espace, préciser le rôle de chacun, rappeler les règles.
  2. IDENTIFIER LE PROBLÈME : LE QUOI - Relater les faits du point de vue de chaque médié.
  3. ANALYSER LA SITUATION : LE POURQUOI - Faire référence notamment aux sentiments et aux besoins de chacun.
  4. DÉFINIR DES SOLUTIONS : LE COMMENT - Envisager plusieurs solutions possibles de sortie de conflit avant d’établir un choix dans une logique de gagnant/gagnant.
  5. OFFICIALISER LES SOLUTIONS : LE COMMENT DURABLE - Passer d’un accord provisoire à un accord durable via notamment un accord écrit.
Sommaire
Comment réagir au racisme ordinaire?
Publication source
Cahiers de l'Animation
Confiance
n°74
Juin 2012

Autres ressources

n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
Animation & Éducation n° 228 Enfant lecteur, auteur, critique - Les chemins de l'écriture littéraire
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Le Nouvel éducateur n° 204 Apprendre ? C'est vivre !
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat un enjeu de sociéte
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat un enjeu de sociéte
Vers l'éducation nouvelle n° 542 Jeux sportifs
Cahiers de l'Animation n° 75 Séjours à inventer