Essai transformé pour l’accompagnement éducatif

Chaque lundi soir, une vingtaine d’enfants de deux écoles de Zep d’Orléans reçoivent une initiation au rugby, l’une des activités sportives de l’accompagnement éducatif organisé par l’Usep dans le Loiret.

 

Lundi 25 janvier (2010), 16 h 20, école Gutenberg d’Orléans. Les classes sont déjà sorties depuis quelques minutes mais un car attend toujours devant la grille. Enfin les voilà, ces CM2 turbulents que leur maîtresse a retenus après la cloche ! Une dizaine d’enfants, garçons et filles, encore bien excités, grimpent avec elle, direction le stade de Pont-Bordeau. En chemin, le car fait un arrêt à l’école Charles-Péguy pour charger une dizaine d’autres élèves. On se lance des "salut mon pote !", on se "check" en s’entrechoquant les mains.

Dans le cadre de l’accompagnement éducatif, plusieurs activités sportives sont désormais proposées après la classe : rugby et natation pour chacune des deux écoles, plus du handball à Gutenberg et peut-être un jour prochain du tennis à Péguy. Le lundi c’est rugby, et c’est donc Nicolas Mire, l’éducateur du comité départemental, qui les attend au stade. Le passage aux vestiaires est bref. La plupart des garçons posent juste leur cartable et accrochent leur manteau avant de foncer, en jeans et basket, sur le terrain. Les filles sont à peine plus longues : si certaines enfilent un jogging, d’autres se contenteront de passer une chasuble sur leurs vêtements de ville. "La dernière sur le terrain est une poule mouillée !" Et c’est parti pour une heure de balle ovale.

C'est comment qu'on plaque ?

Sifflet autour du cou, Nicolas divise les enfants en deux groupes, mélangeant filles et garçons, Gutenberg et Péguy. Ils s’échauffent deux par deux en se faisant des passes, arrêtés ou en mouvement. Puis, au coup de sifflet, tous s’asseyent autour de Nicolas, qui leur demande s’ils se rappellent comment et pourquoi on plaque… La main levée, Harouna, grand gaillard et grand timide, se dresse en sautillant d’impatience : "On plaque pour récupérer le ballon : il faut attraper le joueur au niveau des jambes et le mettre par terre." Compris ? Alors exécution.

Le plaquage, les garçons aiment bien. Ils s’attrapent aux genoux avec une bonne humeur contagieuse, sans craindre de se traîner par terre. "On a le droit de se salir sans se faire gronder par maman", sourit Harouna, comme un enfant à qui l’on viendrait d’accorder la plus grande des faveurs. Les filles, elles, abordent l’exercice avec plus de douceur. Et puis il y a Sophia, qui rechigne à salir son pantalon blanc et ses bottes en daim dont elle est si fière. "C’est pour ça qu’il faut venir avec une tenue de sport", répète une nouvelle fois Marie, la maîtresse de Gutenberg, qui seconde l’animateur depuis le bord du terrain.

Pourquoi ont-ils choisi le rugby ? Les motivations sont très variables. "C’est pour être avec mes copines", explique Sophia. "Pour voir comment ça se passe", ajoute Tugge. "Je veux montrer aux autres que ce n’est pas un sport que pour les garçons", lance la grande Aïssata en cherchant le regard des "mecs" comme on lance un défi. "Ce sport me "performe", il me rend fort et musclé", affirme Jean-Eudes en tapotant ses abdos. Derrière sa petite bouille encore pleine de chocolat, Karim partage cette très virile représentation : "Plus tard je veux être catcheur et le rugby me rendra fort pour battre tout le monde", affirme-t-il en gonflant les bras.

"Grave motivés"

À présent cela devient sérieux : on joue les bleus contre les jaunes, en comptant les points. Au début on se fait tranquillement des passes, et au coup de sifflet, brusquement on tente de filer à l’essai. Résultat du match : 14-10 pour les bleus. Déçu, Mohamed lance un sonore "tricheur" à son adversaire direct. Mais Nicolas, lui, se dit fier de ses joueurs et joueuses en herbe : "Ils sont toujours "grave motivés". Aujourd’hui il fait bon, il y a du soleil, les conditions sont idéales. Mais même par -5°, pendant le gel de décembre, ils étaient là, et ils se donnaient à fond." Nicolas a adapté les séances à ce public néophyte. "Elles diffèrent de celles proposées en club mais sont comparables à celles pratiquées en milieu scolaire. C’est vraiment de la découverte. Si par la suite certains ont envie de s’inscrire en club, tant mieux, mais ce n’est pas l’objectif." À le voir jouer, on se dit que cette envie, Harouna l’aurait peut-être. Si sa mère l’y autorise…

La nuit tombe peu à peu. Karim, tout boueux, en redemande. En revanche d’autres commencent à trouver qu’il fait un peu froid, ou ronchonnent qu’ils ont un peu mal ici… Mais l’"épervier-rugby" proposé par Nicolas réveille les ardeurs. Les jaunes derrière la ligne, ballon en main et prêts à s’élancer par groupes de deux. Les bleus, eux, piaffent sur le bord du terrain. Au signal, les jaunes doivent courir en se passant le ballon, sans se le faire prendre par les bleus qui, par vagues, entrent sur le terrain à chaque coup de sifflet… Puis on échange les rôles. 17 h 45 : là-bas, le bus attend déjà. On rend les ballons, on ramasse les plots délimitant les terrains, on range les chasubles, on reprend son cartable et l’on s’avance lentement vers le car, plus calme et sensiblement plus sale qu’à l’aller... Les grands serrent la main de Nicolas : "À lundi !" Fini les roulades dans la boue. Reste à s’affronter aux devoirs, et ça c’est implacable.

Publication source
Enjeu
En Jeu mars 2010
n°434
Mar 2010

Autres ressources

Cahiers pédagogiques n° 496 Décrocheurs, décrochés
Les Cahiers d'Education & Devenir n° 26 L'autorité à l'école
Les Idées en mouvement n° Les dossiers de la Ligue - sept 2010
Les Idées en mouvement n° 198 IEM avril
n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Cahiers pédagogiques n° 494 L'erreur pour apprendre
Animation & Éducation n° 228 Enfant lecteur, auteur, critique - Les chemins de l'écriture littéraire
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître
Le Nouvel éducateur n° 204 Apprendre ? C'est vivre !
Vers l'éducation nouvelle n° 544 Le volontariat un enjeu de sociéte
n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Interventions du GFEN
n° Graffite (arts plastiques- GFEN)
Le Nouvel éducateur n° 208 Participer, coopérer, connaître