.

Pour une refondation des politiques publiques d'éducation

Nos ambitions démocratiques

Éduquer pour « faire société ». Travailler au développement de l’émancipation citoyenne dans le respect des principes de laïcité. Lutter contre les déterminismes, le tri social et le découragement. Participer à la refondation des politiques publiques d’éducation sur des bases nouvelles associant étroitement l’ensemble des institutions éducatives et culturelles, les familles, les collectivités, les associations et les jeunes.

Défendre une approche globale des temps et des lieux d’éducation. Forts de nos convictions communes et de notre diversité, nous voulons réaffirmer qu’il dépend de la volonté collective, politique et citoyenne, de nous mettre en mouvement pour agir en synergie et articuler les temps, les actions et les lieux d’éducation, multiples, mais tous complémentaires.

Nos ambitions pédagogiques

L’éducation est notre avenir. De sa qualité et de celle de ses éducateurs dépend celui de notre pays, sa cohésion, sa solidarité nationale. Les pratiques pédagogiques ne sont pas neutres, elles peuvent formater ou émanciper. Et les prétendus républicains qui campent sur le « lire, écrire, compter » savent qu'ils ne réservent cette vision bien pauvre de l’éducation qu'à certaines classes sociales.

Lutter contre l’école du tri, pour l’égalité et la mixité sociale en accordant une attention particulière aux politiques éducatives de la petite enfance, et aux démarches de prise en compte des publics marginalisés.

Défendre l'intérêt de l'enfant en nous appuyant sur la Convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

Harmoniser les temps et les rythmes éducatifs. Les temps passés à et hors l’école, sont complémentaires et participent à la réussite des enfants et des jeunes. Nous proposons de mettre en cohérence les divers niveaux d’intervention au sein de projets éducatifs territoriaux qui prennent enfin en compte les besoins intellectuels, biologiques, affectifs et psychologiques des jeunes.

Construire une continuité éducative. La coopération entre acteurs de l’éducation permet de penser un apprentissage à la fois théorique, opérationnel, et contextualisé... Penser la continuité du lien dans et hors la classe est une nécessité pour lutter contre le décrochage scolaire.

Nos ambitions politiques

Co-construire les politiques publiques. À l’échelle des bassins de vie pour interagir de manière articulée en expérimentant, innovant et impulsant de nouvelles pratiques.

Rendre à l’éducation sa dimension sociale. À l’heure des remises en question du système politique, économique, social et éducatif, les choix qui seront faits pour remettre liant et sens dans le projet éducatif, préfigureront la société qui en émergera. Il en va donc de notre responsabilité partagée de prendre en compte la totalité des jeunes, mais aussi des familles, y compris les plus populaires, pour les réconcilier avec une école (reconnue juste et égalitaire), ses pratiques, ses symboles et ses établissements. C’est en mettant en œuvre, à côté de l’État et de l’Éducation nationale, des partenariats avec les collectivités territoriales, les acteurs du monde économique et social, et l’ensemble des citoyens, que nous réussirons à lutter contre le chômage et l’exclusion.

Articuler les métiers de l'éducation, mettre les projets en synergie. Privilégier le travail en équipe pluridisciplinaire pour adapter et mettre en cohérence les pratiques des éducateurs et professionnels de l’éducation.

Promouvoir un autre pilotage du système éducatif. Construire une politique publique d’éducation doit interroger acteurs, structures et hiérarchies et faire appel aux compétences locales, pour favoriser une coordination éducative et pédagogique, à l’échelle des territoires.

Nos contributions spécifiques

Accompagner en complémentarité et aux côtés de l’école, des actions d’accompagnement culturel, éducatif et parental.

Mobiliser tous les acteurs, et organiser la coéducation pour et avec l’ensemble des populations concernées.

Innover, expérimenter au quotidien pour accompagner la recherche et permettre l’évolution des pratiques des acteurs.

Briser les logiques d’entre soi. Nos associations contribuent à l’ouverture à l’Autre en favorisant le rapport aux œuvres, aux artistes et les pratiques en amateur. La culture est un bien commun dont l’accès à tous reste une des conditions de la démocratie, particulièrement à l’heure du défi de la mondialisation.

Développer d’autres pratiques éducatives et pédagogiques qui favorisent l’implication des jeunes, dans leurs apprentissages. Et renforcer une acquisition effective des contenus par les enfants et les jeunes grâce à des projets d’éducation globale et des pratiques vivantes au service du sens, complémentaires aux projets de l’école.

Contribuer à la formation (initiale et continue) de tous les intervenants, dont les enseignants. Savoirs, méthodes, pratiques, volontariat... La formation ne peut se faire en vase clos, dans une logique disciplinaire et/ou dogmatique. L’accueil dans des structures éducatives, l’accès à des activités culturelles et sportives de qualité nécessitent des animateurs compétents et formés. Leur expérience du quotidien confère à nos associations une expertise non négligeable. La formation ne peut se passer du capital de formation construit par des praticiens-chercheurs qui composent nos mouvements.

Liste des membres

AFEV
AFL
CEMÉA
CRAP-Cahiers pédagogiques
Éclaireurs et éclaireuses de France
Éducation & Devenir
Fédération française des Clubs UNESCO
FESPI
Fédération Léo Lagrange
Fédération nationale des CMR
FOEVEN – Fédération des AROEVEN
Fédération nationale des Francas
GFEN
ICEM-Pédagogie Freinet
Ligue de l’enseignement
Mouvement français pour le Planning Familial
Réseaux d’échanges réciproques de savoirs (Foresco)
OCCE
Fédération des PEP
Peuple & Culture

Les Idées en mouvement n° 209 IEM Mai 2013
Dialogue n° 145 Du refus d'apprendre au pari de comprendre
Les Idées en mouvement n° 210 IEM Juin 2013